Raymond Lebreton 13 juillet 2007
Enchanté d'avoir dialogué avec vous au téléphone pour me replacer 40 ans en arrière avec le souvenir de mon ancien directeur sportif et employeur Jean de Gribaldy. Tout de suite son visage est revenu à ma mémoire. A l'époque c'était une personnalité dans le monde du cyclisme ayant été auparavant un très bon coureur professionnel dans les années 40 et 50. "De Gri", c'était son nom dans notre milieu mais il �tait parfois appel� le Vicomte, pas �tonnant, il �tait tr�s distingu� et c'est l'image qui m'a marqu�e d�s que je l'ai aper�u et c�toy� ensuite.

1966. J'�tais n�o-pro chez KAMONE-DILECTA, Louis Caput �tait mon directeur sportif. Deux hommes diff�rents. Petit Louis (Caput) c'�tait plut�t le copain... mais il m'a mis tout de suite dans le grand bain : toutes les classiques, Tour de France avec de tr�s bons r�sultats ensuite dans le Tour du Nord, Morbihan, Lombardie... De ce fait, mon contrat �tait renouvel� mais j'ai choisi d'aller voir ailleurs pour des raisons de salaires mensuels. C'est donc Roger Piel qui m'a conduit vers le groupe TIGRA-GRAMMONT-DE GRIBALDY. Par courrier, nous nous sommes mis d'accord sur ma venue dans son �quipe. Notre premi�re rencontre s'est faite sur la C�te d'Azur, au camp d'entra�nement du groupe pour pr�parer le d�but de saison avec pour objectif une s�lection au Paris-Nice. J'ai connu de tr�s bons d�buts avec une victoire dans le Grand Prix de Cannes. Dommage, il ne pouvait pas �tre l� ce jour l� ! Il �tait remont� � Besan�on pour affaires concernant son super grand magasin d'�lectrom�nager. C'�tait un probl�me pour nous dans les courses � �tapes car il n'arrivait qu'en cours de route et nous �tions donc un peu livr�s � nous m�mes, mais d�s qu'il arrivait souvent tout s'arrangeait.

Jean �tait tr�s courtois et � l'�coute de ses coureurs, et jamais un coup de gueule si les r�sultats �taient moyens. Je me dois de dire qu'� l'�poque son �quipe �tait d�sign�e "comme maison de retraite" parce qu'il recrutait des sans contrat... vrai pour certains ! Mais Jean avait du flair et l'a prouv� tr�s souvent en remettant sur rail des coureurs qui stagnaient dans leur �quipe (on ne les faisait pas courir). Jean �tait plus malin que les autres directeurs sportifs, il a �t� d�nicher � l'�tranger des coureurs de talents comme Kelly et Agostinho entre autres... Il fut � l'�poque tr�s courtis� et surtout jalous� !

Mon s�jour � Besan�on ? C'�tait bien s�r le fief de Jean avec son magasin qui servait aussi comme service des courses du groupe. Il nous avait convoqu�s pour �tre au d�part -et en forme- pour le Tour de Franche-Comt�, 4 grands crit�riums et une r�union sur piste, celle de Besan�on bien entendu. Personnellement, je n'�tais pas au courant des essais de Jacques Anquetil sur une heure, en test pour son rendez-vous officiel � Milan pour battre le record de l'heure. Quel culot et quel organisateur Jean a �t� ! Tout avait �t� r�uni, officiels, UCI, chronom�treurs comme si cela avait LE Jour ! Et Jacques nous a encore �pat�s et Poulidor pr�sent lui aussi ! Pas peu dire ils se parlaient � peine ! Donc voici pour Besan�on !

Avoir port� le maillot TIGRA-GRAMMONT-DE GRIBALDY fut un honneur et je remercie encore maintenant Jean de m'avoir fait confiance lui aussi. Il m'a fait courir les plus belles �preuves de l'�poque avec quelques bons r�sultats. Mat�riellement Jean a toujours tenu ses engagements dans le r�glement de mes mensualit�s et primes promises. Dommage qu'il soit parti trop vite, car cette trempe d'homme comme lui manque �norm�ment en ce moment dans le cyclisme. C'�tait un passionn�, il aura marqu� son �poque "De Gri" !

Cliquez ici pour d�couvrir une correspondance entre Raymond et Jean dat�e de juin 1967





Partager
©jeandegribaldy.com 2006-2018 © May not be reproduced without written permission
postmaster@jeandegribaldy.com