Henry Guimbard 8 Février 2007
Cher Ami Pierre,

Avant toutes choses, je tiens à t'exprimer toute ma joie d’avoir fait appel à moi pour me remémorer ma carrière cycliste avec ton oncle pour lequel j'ai toujours eu une grande estime et un immense respect.

Mes principales victoires sous ses couleurs:
- Tour du Bordelais 1966
- Tour des 2 Savoies 1966
- Tour du Jura 1967 et 1968
- Annemasse- Belgarde 1967
- 6e du Dauphiné Libéré 1966, 2ème à Gap où on m'a retiré le maillot jaune pour 19" ! Ça gênait Georges Cazeneuve!

Plus maintes victoires d'étape et prise de maillot tel qu'au Circuit des Mines! Voilà pour la petite histoire, maintenant je réponds à ta demande.


J'ai rencontré Jean en Février 1966 à Saint Aygulf, au stage d'entraînement des régionaux lyonnais. Jean voulait participer au Tour de France et recherchait de jeunes talents pour accompagner les Suisses de Tigra : les coureurs français portaient le maillot Télévision Gramont de Gribaldy (voir photo du Dauphiné 66). Jean m'avait confié la formation des équipes qui devaient le mieux convenir au type de l'épreuve à laquelle il avait décidé de participer. Jean était un personnage hors du commun car il savait sentir les choses, il avait une analyse logique des évènements et savait vous donner le bon conseil. Il était décrié surtout par ceux avec qui il ne s'entendait pas ; certains on dit qu'il ne tenait pas ses promesses ! Pour moi il a toujours tenu ses promesses et même mieux. Souvent il me faisait avance de mensualités si je lui demandais ! Souvent Jean me demandait conseil pour participer ou non à une épreuve dont l’organisateur sollicitait la participation de son équipe.



Ah ! Le Brésil ! Une Aventure Inoubliable. Il y aurait un livre à faire sur cette aventure. Entre les péripéties du voyage (premier avion raté, avec arrivée à Sao Paulo à 1/4 d'heure du départ du Tour!), la course avec les italiens voulant qu'on les aide à défendre le maillot de Sorlini et les portugais qu'on les aide à prendre le maillot ! Une fois de plus Jean a pris la bonne décision d'aider Agostinho et on ne l’a jamais regretté. Nos escapades des soirs d'étape, la conversion des cruzeiros en dollars ou bijoux, mais surtout les victoires de Michel Bon à Santos et de Paul Gutty à Sao Paulo devant 200.000 spectateurs répartis sur les 5 derniers km en pleine ville ! Fabuleux !

Jean m'a toujours laissé une image d'un homme honnête, droit et respectable. Mes meilleurs souvenirs: en premier lieu, le Brésil avec la découverte d'Agostinho ; suit le Dauphiné 66 où on nous a volé le maillot jaune que j'avais pris à Gap, mais Cazeneuve nous l'a fait sauter pour 19" en magouillant avec les espagnols, car Guimbard lui sabotait le Dauphiné Libéré ! Hé oui je n'étais pas pro !

Jean est irremplaçable, il avait son franc parlé avec cet accent persuasif accompagné d'un certain humour : j’ai toujours bien aimé. Il me reste un regret : la non qualification de notre équipe Tigra-de Gribady au TDF 1966. J'étais parmi les outsiders de ce Tour et j'ai terminé comme larbin chez Mercier, mais dès 67 j'ai résigné avec Jean de Gribaldy...



PS : Retrouvez la photo du Tour de Sao Paulo, gracieusement transmise par "la Guimbarde" en qualité optimale dans la Galerie photos du site.



Partager
©jeandegribaldy.com 2006-2017 © May not be reproduced without written permission
postmaster@jeandegribaldy.com